Mia Dumont - Blog d'une consultante du Superflu...

Mia Dumont – Blog d'une consultante du Superflu…

Desperation analysed

I’ve always been a mess when I see animal suffering…  Go figure…

The sight of a little helpless thing, being sad or scared, the effort an animal can make to survive, the horses racing or – as in WAR HORSE – finding his way home through war and hell, put me into pieces.  Yet, I don’t want to avoid that pain because it reaches a part of me otherwise not touchable.

I’ve learned that, a long time ago, when Stradivarius violins were made, they used the cat’s intestines because the sound was most perfect.  I always thought – as the Egyptians who consider them gods – that cats had something special, from I-dont-know-where.  Carrying the music of Vivaldi, Bach and other God-sent musicians is a great privilege.  So, next time you look at a cat, think about that…

Here are two photos:  the fist one is about a bird mourning beside his dead buddy.  I saw the video, it’s heartbreaking.

The second, it’s little Mickey who was on « animal death row » in the States and was supposed to be euthanized yesterday.  He’s so helpless, weeny and afraid!  He was finally taken to a foster home, but is sick… time will tell.  He is now eternal, as part of the iCloud.

Salute to Nick Brandt

On this Earth, A Shadow Falls » is currently on view at Fotografiska in Stockholm. The 60 odd photographs in the exhibition represent Nick Brandt’s ongoing photographic project, which is presented in a trilogy of books that memorializes the vanishing grandeur of the natural world of East Africa. Currently work in progress, the images from the final part of the trilogy will reveal a darker vision of this diminishing world.

« To me, every creature, human or non human, has an equal right to live, and this feeling, this belief that every animal and I are equal, affects me every time I frame an animal in my camera. »
~~ Nick Brandt


Pas de danse

Mante à l’opéra. On croirait une meneuse de revue sur son grand escalier, aérienne, déhanchée, levant très haut les bras pour le salut final. Un incroyable cliché que le photographe, Hasan Baglar, n’en revient pas lui-même d’avoir eu la chance de saisir. Il ne traquait cette Iris oratoria (l’une des 200 espèces de mantes) que dans l’espoir de la voir déchiqueter l’une de ses proies habituelles (criquets ou papillons) lorsqu’elle s’est dressée sur ses pattes postérieures, en lui souriant de toutes ses mandibules, dans une posture évoquant irrésistiblement un «boogie-woogie avant la prière du soir». Ce qui, pour une mante, fût-elle non religieuse, n’est après tout pas si étonnant que ça ! (Baglar/Caters News/SIPA)

WAR HORSE: a musical and a film

War Horse
that’s the Musical.

And that’s Steven Spielberg’s film due in December. Can’t wait to see it. Already in tears just watching the real!

War Horse the film

Oui je le veux…

Ma statisticienne adorée, don’t le chat illustre ce propos, me confiait cette semaine qu’un millier de personnes étaient passées sur mon blog en juin.

Pas mal.  Mais loin de cette PUTRI TITIAN (ouch le nom!!) Indonésienne qui a deux millions d’amis sur FB.  Inconnue et 2,000,000 de personnes lisent ses propos?  C’est le mystère de ma semaine.

Donc, un petit millier d’entre vous a regardé mes coup de coeurs, tant mieux.  Je me demande toujours pour qui je fais ça, alors je me dis au moins que j’ai mis un peu de superflu dans la tête d’une petite poignée de suiveurs.

Alors que j’aimerais tant savoir si un tel ou une telle que j’aime ou que j’admire me lit de temps à autre, je sais qu’une « suiveuse » qui dans la vraie vie m’énerve – comme ça, sans raison – systématiquement reçoit chaque blog que j’écris puisqu’elle s’est enregistrée à droite, sous “oui je le veux”.  Elle m’a dit que c’était plus simple que de chercher le site aux heures creuses.

C’est facile hein? Juste vous abonner et vous recevez, dans votre boîte aux lettres, mes propos et élucubrations au fil des inspirations et du temps que j’ai à y consacrer.  Peinard et pépère.

Mais là, vous qui ne faites que lire en passant, peut-être n’allez vous pas vous abonner à mon blog de peur que je vois que vous me suivez.  Peut-être que vous préférez rester masqués?  Ni vu, ni lu, ni connu !  Rassurez-vous, je ne sais pas qui vous êtes, je préfère ne pas savoir et rêver qu’un tel ou une telle vient me visiter en secret et sourit, parfois, d’un propos, d’une réflexion ou s’émerveille d’un coup de coeur, d’une photo que j’ai mises là for your eyes only.

Et en même temps, je me dis que quand on écrit sur la toile, on t’épie, on te pique tes idées, tes scoops.  Ça ne s’appelle pas la toile innocemment d’ailleurs, c’est tout pareil.  L’araignée, c’est j’sais pas qui et ça prend dans ses filets les curieux qui s’y aventurent.

Je le sais, je suis moi-même une luciole prise dans cette grande toile universelle ! En plus, j’aime ça!  Et vous?

Pendant ce temps-là, Oscar rêve aux mouches prises dans la toile et ses moustaches s’agitent…

CESSEZ CETTE BARBARIE MÉDIÉVALE !

JE DÉTESTE L’HOMME LORSQU’IL INVENTE DES JEUX BARBARES.  UNE FEMME N’AURAIT JAMAIS PENSÉ À ÇA!
IL FAUDRAIT INTERDIRE CETTE TRADITION INDIGNE DE L’HUMAIN ET DU CHEVAL.
QUAND JE PENSE QUE DES GENS ASSISTENT À ÇA!!!
Combat. Cette tradition, dont l’origine remonte au XVe siècle, se tient chaque année pendant la première semaine de juillet, dans la province espagnole de Galice. La «Rapa das bestas de Sabucedo», consiste à rechercher des chevaux sauvages, à les rassembler dans un enclos, et à faire combattre les étalons entres-eux. Cette fête est classée en Espagne depuis 1963 fête touristique d’intérêt international. (Miguel Riopa/AFP)

Bits and pieces #1

Photos I recently loved.

Sarah Ann:  A bit like my buddy Tomek Rossa’s new serie.

Spoted owlet family by naturegallery.net

Sexy provocative Coca Cola ad

When Couture meets Culture:  a work of Art!

Rob MacInnis: Mary had a little lamb…

Comme dans la chanson.  Sauf que lui, il prend des photos.  Portraitiste animalier.

A décidé que tout le monde serait beau ce jour-là.  À son meilleur.  Pour la postérité.

Le résultat est formidable.  Que j’aime la photo quand le photographe a du talent!

Le temple des tigres

Temple des tigres. Incroyable mais vrai !. Alors qu’habituellement, dans les temples de Thaïlande, on sauve les chiens et les chats abandonnés, ici à Kanchanaburi au sud-ouest du pays, ce sont les tigres qui ont été recueillis par des moines pour échapper aux braconniers. Depuis 1999, ce lieu, qui compte plus de cinquante grands félins, est devenu un passage touristique incontournable pour les voyageurs de la région. (Hendro Hioe/ Caters News/SIPA)

Take me…take me… / chatons à donner

Mon amie Linda a des chatons à donner.  Les yeux bleus… Vous imaginez?  BLEUS !!!

In this terrible period of people mooving, baby cats are left behind.  Here are two lovely ones.  BLUE EYES my friends.