Mia Dumont - Blog d'une consultante du Superflu...

Mia Dumont – Blog d'une consultante du Superflu…

Bon voyage Michèle Guigon!

Je ne sais pas si je lui ai dit que je l’aimais…

Je l’ai connue par Nathalie, mon amie, ma fille, ma soeur, lors du spectacle magnifique:  « Pieds nus, traverser mon coeur ».  Écrit et joué par cette comédienne/musicienne/humoriste/humaniste/metteur en scène/auteur/critique/pamphlétaire et polémiste à ses heures.  Une grande petite bonne femme avec un accent titi parisien du plus bel effet.  Un charme fou, un sourire flanqué d’une fossette magique.  Des yeux pétillants qui voyaient bien au delà des gens et des choses aussi.

Elle s’est beaucoup battue contre cette maudite maladie qui est en train d’avoir raison d’elle.  Elle qui ne baissait jamais les bras et qui montait au créneau pour un tout et un rien.

Gavroche, c’est cela,  Michèle, c’était gavroche avec aussi une part de Voltaire, de Rousseau et quelques autres beaux esprits.  C’était Dac et Devos parfois.  C’était elle 100% la plupart du temps.

Vous ai-je dit qu’elle jouait de l’accordéon et que c’était beau?  Ses compositions.  Oui, c’était beau et touchant.

http://michele-guigon.com/

Allez sur son blog, il va bientôt s’éteindre, hélas.  Vous y retrouverez ses chroniques pour FranceInter.  Toujours formidables.    http://leblogdemicheleguigon.blogspot.ca/

Gardons-là encore un peu avec nous.  Ses chroniques sont là pour ça!

Je lui prends la main, j’ai une lanterne dans l’autre, c’est pour elle, pour la route, on ne sait jamais.  Salut l’Artiste!  Bon Voyage!  Tu nous raconteras hein?  J’ai l’impression qu’on aura moins peur quand notre tour viendra…

Totally GaGa

To me, she’s like a child.  More so, totallty me when I was about five years old.

You know… when we get to an age where we want to dress like grown-ups.  When life is all about costumes!  Dresses, shoes, hair, makeup, it’s all about invention and fun.  Fashion according to …

The thing is that she never really grew up.  She remained at that stage in her life.  But then again, « the world is a stage » as the song says…

Here is the Lady in various apparels.  If she would not exist, I guess we could not invent her.  Larger than life.

She’s having back problems the press says.

Hello!  Suprise?  With heels that high, who wouldn’t?

But then FUN prevails I guess.

Especially if you are on of her  « little monster » !

In NY: Jeff Macauley’s tribute to Norman Gimbel

A tribute to my dear friend NORMAN GIMBEL, one of the greatest lyricist then and now…

Extract from Broadwayworld.com
Cabaret Review by Stephen Hanks

As the point person for the 2012 BroadwayWorld.com New York Cabaret Awards, I was sent in early November the entire list of nominations in the 20 Award categories so they could be vetted for accuracy (to make sure the nominations were in the right category, whether they were actually 2012 shows, etc.). Scanning the list of Male Vocalist nominees I noticed the name Jeff Macauley, who in August staged the first of what would become seven tribute shows to a lyricist named Norman Gimbel. Talk about double obscurity. Although there was something about Gimbel’s name that rang a bell and I soon remembered that he was the man who wrote the lyrics (with music by Charles Fox) to Roberta Flack’s 1973 Grammy Award-winning « Killing Me Softly With His Song, » which folk singer Lori Lieberman has long claimed was inspired by a poem she wrote about Don McLean (one of my musical heroes). But I still didn’t know anything about this guy Macauley or why he was an Award nominee.

Now I know. This past Saturday night, I was finally able to catch Macauley’s show, It Was Me: The Lyrics of Norman Gimbel, and found it to be one of the most charming cabaret shows–whether from a man or woman–that I saw this year. Macauley doesn’t possess a particularly powerful voice or a wide vocal range, but he has a smooth, endearing baritone that can occasionally hit tough tenor notes, and for this show he displayed a knack for offering interesting and humorous biographical anecdotes as if he were a smooth jazz FM deejay. Dapper and Mad Men-esque in a tight black suit and black bow tie, Macauley presented his show sounding like a classic « lounge lizard, » but in the best sense of that term.

Norman Gimbel was, as Macauley called him, « a musical Zelig, » whose lyrics could range from quirky to romantic, and who could adapt to many musical styles from an Antonio Carlos Jobim bossa nova (Gimbel wrote the English lyrics to Jobim’s « The Girl from Ipanema » and to Pablo Beltran Ruiz’s « Sway ») to a song from a Hollywood film drama (the 1980 Oscar-winning « It Goes Like It Goes » from Norma Rae), to a 1970s pop tune (the Jim Croce hit « I Got a Name »), to a Charles Fox TV theme song (« Wonder Woman »). With superb arrangements from his Musical Director/Pianist Tex Arnold and the jazzy bass of Jon Burr offering sensual support, Macauley not only proved he was up to singing a wide range of song styles, but he articulated the tunes in a way that conveyed the strength of Gimbel’s lyrics. He opened with the swinging « Let Go, » and from there never held back, following up on a chilly December night with a warm and cuddly medley of Jobim’s « Meditation » with Marcos Valle’s « Summer Samba. » Later, Macauley offered « Ipanema » and an adorable ballad-like version of the 1963 pop hit « I Will Follow Him » from a gay man’s point of view, and was wonderfully whispering and wistful on Gimbel’s lyrics and Michael Legrand’s melodies on a medley of « I Will Wait for You » and « Watch Watch Happens. » from the 1964 French musical film The Umbrellas of Cherbourg.

Throughout the set, Macauley engagingly offered enlightening stories about Gimbel’s life and personality (he really liked the ladies) and humorous anecdotes about musicals and films the lyricist worked on (including the very short-lived 1961 Broadway show The Conquering Hero and the 1970 black comedy filmWhere’s Poppa).  Macauley revealed before singing his encore, a deliciously lush rendition of « Live for Life » (music by Francis Lai) from the 1966 French film A Man and A Woman. It was the ideal lyric to end another year and a perfectly sublime cabaret show:

Come with me my love and seize the day and live it,
Live it fully live it fast.
Never thinking once about tomorrow,
Till tomorrow’s been and gone and past.
We’ll pour the wine and fill the cup of joy and drink it,
Drink as if it were the last.
Live, just live for life.

Happy New Year!

Victoria’s Secret runway show

On your television, December 4th.

They are all gorgeous, so, as an Hommage to Beauty, here is a sample of the 2012 angels…

Some have children, yes, they are moms.  All are beautiful and classy.  Men love them.  Women too.

ADRIANA LIMA

BRIDGE HEINEN

C. Swanepoel… the new one

Douzen Kroes

KARLY KLOSS

K. KLOSS

M.Frackowia, new angel

DOUZEN KROES

HILARY RODHA

MIRANDA KERR

RIHANNA, guest star

I witness Douzen first photos, and I told everyone she would become a huge star.  She is sweet and amanzingly beautiful.

Moment Factory: magic moments

MOMENT FACTORY.  They are from Montreal, they are the best there is as far as staging historical moments in light, motion and magic.  They worked with Céline Dion, Madonna at the Superbowl, and hundred of other projects.  Here, in Barcelona, at the Sagrada Familia Cathedral.

La ville de Barcelone a proposé à Moment Factory de penser un mapping de 15 minutes sur la façade de la basilique de la Nativité de la Sagrada Familia. Le résultat est un hommage multimédia à l’une des églises les plus vénérées mondialement. Le spectacle est tout simplement magnifique

Rafaël Padilla, l’oublié

1868-1917

THÉÂTRE Un beau spectacle évoque Rafael Padilla,
premier artiste noir des scènes françaises.

Henri de Toulouse-lautrec l’a immortalisé en 1896 et c’est d’abord par cette très belle image que l’on connaît Chocolat. Saisi de trois quarts dos, casquette vissée sur le crâne, une main à la taille, un bras relevé en corolle, c’est Chocolat dansant au Irish American Bar.

Le grand public l’a oublié et l’on croit toujours que la délicieuse Joséphine Baker fut la première star noire de Paris. Or, bien des années plus tôt, à la Belle Époque, Rafaël Padilla connut un succès extraordinaire. Sa vie fut un roman. Enfant d’esclaves à La Havane, il a 12 ans lorsqu’il est vendu à un marchand portugais qui lui fait traverser l’atlantique et le conduit jusqu’à Bilbao. Il grandit là, valet de ferme, groom, mineur… Jusqu’au moment où il est engagé dans un cirque… C’est qu’être noir alors en Europe, c’est être un phénomène… Il était arrivé à Paris à l’automne 1887. Il avait 18 ans et ne parlait pas français. Le hasard le mit sur les pas de Foottit, clown anglais du Nouveau Cirque, qui cherchait un partenaire et convainquit le directeur de l’engager…

Vogue de l’exotisme

Clown blanc, clown noir… Auguste des îles en pleine vogue de l’exotisme nourrie des expositions universelles, coloniales… Clown blanc autoritaire et son souffre-douleur… Cela vous rappelle quelque chose? Jusqu’à Beckett, souligne Gérard Noiriel, auteur de la pièce que met en scène Marcel Bozonnet (1) et d’une biographie (2) passionnante qui resitue ce destin dans l’époque. L’homme de théâtre et l’historien de l’immigration ont travaillé ensemble pour faire de la vie de Rafaël un spectacle.

Avant eux, Franc-nohain avait dès 1907 recueilli l’histoire extraordinaire dans Mémoires de Foottit et Chocolat. Danseur éblouissant, il devint la coqueluche du Tout-paris. Les frères Lumière le filmèrent, Colette, Jean Cocteau parlèrent de lui. Il inspira Debussy. Tout cela est évoqué avec beaucoup d’intelligence et de grâce dans Chocolat, clown nègre, spectacle qui emprunte au cirque, au cinématographe, au théâtre, à la chorégraphie et dans lequel Rafaël est interprété par un tout jeune comédien en première année du Conservatoire, gymnaste de haut niveau, Yann Gaël Elléouet.

Mais, alors que l’affaire Dreyfus éclate, Chocolat ne faisait plus rire. On l’oublia. Firmin Gémier fit un peu travailler Rafaël au théâtre. Mais c’est dans la misère qu’il mourut à Bordeaux, en 1917, et fut jeté à la fosse commune. 1. Les 9 et 12 mars dans des collèges de Paris, du 14 au 18 mars aux Bouffes du Nord, puis à Auch, Caen, Meylan. 2. « L’histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française», Bayard (21 €). Le 1er mars en librairie.

http://www.francetv.fr/culturebox/une-piece-rehabilite-chocolat-1er-artiste-noir-en-france-81544

L’âme des poètes

Bon, ça y est, je suis é-ner-vée.

Je viens de voir sur FaceBook qu’on dit « merci Monsieur Montand » pour la reprise de la chanson « Sous le ciel de Paris » par Julien Dassin et Florence Costes dans un album-hommage à Montand.

Nul trace de l’auteur et du compositeur, pourtant deux très grands noms, amis d’Eddy tous les deux: Jean Dréjac pour les paroles, Hubert Giraud pour la musique.  Ce sont eux les parents de cette chanson, car une chanson, c’est un enfant avec un père et une mère (disait Eddy).

Voici donc, pour remettre les pendules à l’heure, un résumé des deux carrières des parents qui ont eu beaucoup d’enfants et qui ont fait chanter la France et ça continue!

Jean Dréjac… Sous le ciel de Paris, etc…etc…

L’auteur des paroles du Petit vin blanc ou de l’Homme à la moto Jean DREJAC a écrit un pan entier de l’histoire de la chanson française et sa route a croisé celle des Compagnons à deux reprises.
Disparu en 2003 Jean, de son vrai nom Jean André Jacques Brun, est né en 1921 à Grenoble. Fils de gantiers, il se lance dans la carrière à dix-sept ans avec un groupe amateur au répertoire duquel il glisse ses premières compositions aux côtés des titres de Trenet ou Misraki. Lauréat d’un concours organisé par Radio-Cité, il monte à Paris. En 1943, sur une musique de Charles Borel-Clerc, il signe les paroles sans doute les plus populaires de son répertoire, Ah le petit vin blanc !. Son interprète sera la chanteuse Lina Margy. Traduisant la gaité de la Libération, elle connaîtra ensuite les fêtes familiales et beaucoup la chantent encore aujourd’hui. Tout aussi célèbres sont les paroles qu’il écrit pour accompagner le film de Julien Duvivier : Sous le ciel de Paris, en 1950.
Ces années suivant la Libération marquent les suites d’un parcours associé aux meilleurs interprètes d’alors en autant d’étapes qui constituent une histoire vivante de la chanson française. D’abord Édith Piaf qui rend immortel son Homme à la moto, après avoir chanté le Chemin de forains. Les années cinquante voient ses textes portés par les voix de Maurice Chevalier (Mimi la blonde), les Frères Jacques (le Petit Homard), Jean Sablon (la Chanson de Paris). La décennie suivante est tout aussi riche de succès, d’Yves Montand et la Chansonnette à Dalida (l’Arlequin de Tolède) en passant par, Tino Rossi, Patachou, France Gall, Sacha Distel ou Line Renaud. De ces rencontres naissent aussi des amitiés durables. Ainsi de Michel Legrand, connu en 1965, et avec lequel seront conçus des duos et des chansons aussi variées que Oum le dauphin ou Un ami s’en est allé. Serge Reggiani sera un des interprètes fétiches de Jean DREJAC, inscrivant de ses textes tout au long de sa carrière dont Dans ses yeux, Rupture et Édith ou encore, en 2000, Enfants soyez meilleurs que nous. Charles Aznavour, Mireille Mathieu, Anny Cordy, Romain Didier ou Renaud le chanteront aussi. Il écrira pour Marcel Amont Bleu, blanc, blond (1960), La chanson du grillon (1960) et Dans le coeur de ma blonde (1961)
Les COMPAGNONS puiseront pour leur part dans ce riche répertoire : L’Arlequin de Tolède et Sous le ciel de Paris écrites en collaboration avec Hubert Giraud. Homme engagé, Jean DREJAC a défendu tout aussi bien la chanson française en tant que Président de la SACEM, que la cause de la paix. Sa ville de Grenoble lui a rendu un hommage deux ou trois ans avant qu’il disparaisse en présence de quelques-uns de ses amis dont : Michel Legrand, Marcel Amont, Romain Didier… Notre ami Jean-Jacques Blanc de Grenoble y assistait et s’en souvient…

Et HUBERT GIRAUD qui a écrit « Tellement j’ai d’amour pour toi » pour Céline à ses débuts.  Sans parler des chansons qui toutes ont été des succès (pour Gréco, Montand, Piaf, Dalida, Marie Laforêt et MAMY BLUE pour Nicoletta) il a débuté au Hot Club de France avec Django Reinhardt, puis a joué avec l’orchestre de Ray Ventura et celui de Jacques Hélian.  Rien que ça…

Jean et Hubert, salut!

ADÈLE: talented and beautiful

She has a wonder talent, this much we know.

She is a bad dresser, this we also know.

Considering all this, let’s enjoy her beautiful face for a moment.  British Vogue!

A little Sophia Loren, a lot Christina Aguilera… Amazing!

Don’t say goodnight tonight…

PAUL&LINDA McCARTNEY & WINGS – 1979 – Disco Baby!

http://youtu.be/DRCgueckAXE

Michael Jackson: Forget-me-not!

KING OF POP.

NO COMPETITION.

HATS OFF.